La vie à la Piedra

Une fois le Roc’Trip terminé, nous sommes encore resté 2 petites semaines pour profiter à fond de l’endroit. Une fois la foule disparue c’était beaucoup plus calme et relax. Sont restés avec nous une dizaine d’argentins avec qui j’essayais tant bien que mal de me faire une petite base de castillan avec l’aide de Sean qui le parle plutôt bien. Tous les jours avec Stéphane nous récitions notre vocabulaire !

On vivait en dehors du temps, nous cuisinions tout sur/dans le feu, on se lavait et faisions notre lessive à la main dans la rivière qui coulait juste à côté, avec du savon naturel. Presque tous les matins et soirs nous nous égarions dans des jams éffrènées au son de flûtes, de guitares, de banjos, d’harmonicas, d’un violon, de casseroles, … et de nos belles voix !

On cuisinait dans de grandes casseroles qui passaient de mains en mains, chacun cuisinait pour tout le monde. Le matin les argentins cuisaient de délicieux chapatis pour le petit dèj ! Ce sont des petites crêpes de pain faites à base de farine et agrémentées de graines.

J’y découvre 2 spécialités argentines :

–        Le maté : une sorte de thé. On rempli d’herbe à maté une petite tasse munie d’une sorte de paille en métal. On verse de l’eau chaude dedans et puis on boit en aspirant. C’est très social car c’est quelqu’un qui se charge de faire tourner la tasse à qui veut et qui la re-remplie à chaque fois que quelqu’un à bu. Les argentins boivent ça tout le temps et partout ! A tout moment tu peux les voir sortir un thermos et la petite tasse.

–        Le Dulce Deleche : une sorte de pate à tartiner au lait caramélisé tout à fait délicieuse ! Ils mangent tous ça ici, à toutes heures ! Je suis rapidement devenu accro, c’est parfait pour le petit dèj !

Côté grimpe, Sean est remonté dans sa voie assuré par Steph et à fini par l’enchaîner !! Gros soulagement et relâchement de pression pour lui ! Il n’avait pratiquement que grimpé dans sa voie depuis notre arrivée, il va enfin pouvoir profiter des autres voies ! Un beau projet qui s’achève !

Pendant ce temps j’ai pas mal écumé les secteurs du canyon avec Steph, grimpant un bon nombre de voies dans le 8A/+. J’ai même réalisé mon premier 8A Flash ! (flash = réussir la voie du premier coup avec des informations). Steph lui à même poussé jusqu’au 8B+ ! Bien en forme le lascar ! Mais personne à part Sean n’a vraiment travaillé un projet pendant plusieurs jours, la plupart du temps nous enchaînions les voies dans la journée.

Sur place il y avait aussi 2 Francais, Antoine Moineville et Mathieu Pertus, qui avait installé une highline pour le Roc’Trip. (Highline = slackline mise à une hauteur telle qu’il est préférable de s’assurer pour la traverser). Une fois l’évènement fini ils en on profité pour en placer une autre très longue (50m) et très haute (170m) dans le canyon. Du coup après une journée de grimpe nous y sommes monté avec Sean et Steph pour essayer. Sean, habitué de ce genre de pitreries se met rapidement debout et à avancer sur la sangle, mais ne parvient pas à trouver la concentration nécéssaire pour traverser. Steph n’étant déjà pas très à l’aise sur une slackline basique parvient tout juste à se lever mais sans plus (ce qui est déjà pas mal pour ue première). Quand à moi qui suis plus ou moins à l’aise sur une slack mais qui manque nettement de pratique, je n’ai même pas réussi à faire mine de ma mettre debout ! C’était la première fois pour moi et ça m’a vraiment impressionné et déboussolé ! Rien que d’être dans la position assise sur la sangle pour se lever c’est pas évident et très impressionnant ! C’était clairement pas la meilleure highline pour débuter mais au moins ça te met dans le bain direct ! Je suis décidé à revenir le lendemain et cette fois de réussir au moins à me lever.

Le soir j’ai entraîné mon départ assis sur la petite slack qu’on avait mise au campement et le lendemain matin on est revenu avec Sean pour vite essayer avant qu’elle ne soit enlevée. Cette fois Sean était beaucoup plus solide et à réussi à la traverser direct ! C’était magnifique à voir ! C’est fou de se dire qu’il est possible de marcher sur une sangle comme ça. Pour ma part j’ai réussi à me lever quelques fois et vaguement contrôler mais j’étais encore loin de pouvoir avancer, je chutais quasi instantanément … une fois debout j’avais l’impression d’être un petit oisillon sorti du nid qui essaye de voler. Pas trop mal au final pour une première expérience de highline.

Nous sommes partis un jeudi. Un bruit courait comme quoi un bus passait au bout de la route vers 15-16H00 donc on s’étais levé relativement tôt pour tout ranger. Avec Sean on a encore vite été faire 2 voies sur la Piedra et puis on s’est rendu au bout de la route pour attendre. On a commencé par faire du stop mais il n’y avait presque pas de passage. Un pick up à fini par s’arrêter. La belle dame au volant nous propose trois places pour aller jusqu’à la route principale d’Esquel mais nous étions 4 (Steph, Sean, le francais Antoine et moi). Alors je suis monté à l’arrière avec tous les sacs, j’étais super bien installé ! Par contre au bout d’une heure on à traversé une petite tempête et il à même grelé ! Arrivé à Destination, on décharge les sacs, on remercie la belle dame qui, je l’ai appris par la suite, n’était ni plus ni moins que la femme de Florent Pagny !!

On a encore fait du stop jusque la gare de bus d’Esquel, on a acheté des tickets de bus pour El Chalten mais comme le bus ne partait que le lendemain soir nous nous sommes offert une bonne nuit dans une auberge et Sean nous a cuisiné un repas royal !

Merci beaucoup à Mathieu Pertus pour les photos !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s