The travel

– “Who filled this bag ?”

– “Me and me friend” , je réponds au mec en costume qui nous contrôle avant le check in des baggages à Zaventem et qui ne semble pas avoir envie de rigoler.

– “Is it you or your friend ?”

… je commence à comprendre où il veut en venir et me contente de répondre le plus “correctement” aux questions de manière à ce qu’il me laisse passer.

Le VISA de voyage en Argentine est de 3 mois mais nous prévoyons d’aller aussi au chili donc on avait pris un billet avec plus de 3 mois entre notre entrée et notre sortie en Argentine. Le monsieur en costume n’a pas apprécié.

– “Do you have any proof that you will leave Argentina in time ?”

– “No …”

– “Then I can’t let you go.”

Seule solution, racheter un billet ! Je nous vois déjà quitter l’aéroport avec tout nos sacs ou bien sortir nos cartes de credit, bref, j’imagine le pire !

Heureusement on négocie un peu, on dit qu’on va faire de l’escalade à la frontière Arg-Chil et il acceptant enfin de nous laisser passer !!

Nos vols se passent sans encombres (les Etats Unis d’Amériques disposent dorénavant de nos empreintes digitales) mais au moment de récupérer nos baggages à Buenos Aires, un sac se fait attendre… Steph va se renseigner et de fait, le sac est resté à Atlanta. Top !

Deux solutions s’offrent à nous : soit on passe le nuit à Buenos Aires et on récupère le sac avec le vol du lendemain, soit on va déjà à Esquel et le sac nous y sera envoyé 3 jours plus tard. (le sac contient d’utile : nos matelas à Steph et moi, le sac de couchage de Steph, mon baudrier, notre matos de cuisine, le nécéssaire de maquillage de Sean,  … ).

Sean nous laisse en plan car il a un vol direct pour Esquel, du coup, fougueux comme nous sommes, on décide de foncer. On se débrouillera bien pour récupérer le sac.

C’est parti pour les 24H de bus (1900 km env.) jusque la ville d’Esquel dans la province de Chubut. HiiiHa !

Le bus est très confortable, on peut presque s’allonger et il y a même un petit stewart, bien peigné, qui nous amène de quoi subsister jusqu’à destination. On commence par quitter la ville et très vite on traverse de grandes étandues marécageuses qui me rappel des endroits perdu en Australie. Le lendemain, on se réveil au milieu d’un territoire désertique avec une vegetation dépourvue d’abre : la pampa des gauchos (cow boy argentins d’antant) !

On arrive à Esquel fin d’après midi et on embarque dans un autre bus, beaucoup plus petit, jusqu’à la Piedra Parada (pierre debout) où à lieu le Petzl Roc Trip, un festival de grimpe qui à lieu 2 jours plus tard. On passe vite de la route goudronée à une route de terre que l’on suit pendant 2H avant d’apercevoir enfin la piedra plantée au milieu d’une vallée perdue.

On fini par arriver à la zone de camping prévue pour accueillir tout les participants (+- 1500) au RocTrip. On installe nos tentes tout excités d’être enfin arrivé et impatient d’aller voir les cailloux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s